Divers

L’hypnose et le biofeedback, une combinaison intéressante!

Quoi de mieux que de lancer l’ouverture officielle de ce blogue avec une de mes découvertes de 2011 qui va grandement influencer le développement de ma pratique d’hypnose en 2012. Et j’ai nommé… le biofeedback!

      Dr. Vincent Paquette, directeur de l’Institut Psychoneuro

Et avant même de parler du biofeedback , je ne peux passer sous silence la personne qui a rendu ce développement possible, le neuropsychologue Dr. Vincent Paquette. Dr. Paquette est le directeur de l’Institut Psychoneuro de Montréal et ma rencontre avec lui fût une de ces rencontres spéciales que l’on fait parfois dans une vie, où on avait mutuellement l’impression de déjà se connaître. Ayant eu Dr. Mario Beauregard comme directeur de thèse, le célèbre neuroscientifique qui a écrit Du cerveau à Dieu, Dr. Paquette possède également un profond intérêt pour la spiritualité et la science.

Et après quelques rencontres, notre relation s’est approfondie et il a généreusement accepté de me guider dans l’exploration de l’intégration du biofeedback dans ma pratique d’hypnose.

Le biofeedback

De façon générale, le biofeedback est un ensemble de techniques et d’instruments visant à mesurer différents signaux physiologiques bio-électriques dans le corps. Les instruments communs de biofeedback sont entre autre l’électrocardiogramme (ECG) qui mesure l’activité cardiaque, l’électromyogramme (EMG) qui mesure la tension des muscles, l’électroencéphalogramme (EEG) qui mesure les signaux électriques résultant de l’activité des neurones du cerveau, ou le GSR (Galvanic Skin Response) qui mesure l’activité électrodermale.

Certains d’entre-vous savent qu’en 2011, j’ai commencé à explorer l’électro-encéphalogramme (EEG) avec certains clients, où j’ai pu observer ce qui se passait au niveau des ondes cérébrales de clients sous hypnose. Et bien que les résultats furent intéressants, le EEG ne s’est pas avéré être très pratique sur une base régulière avec les clients. J’ai donc opté pour explorer le GSR qui mesure l’activité électrodermale.

Cet appareil n’est ni plus ni moins le même appareil utilisé pour détecter les mensonges. C’est-à-dire qu’il détecte l’état d’excitation ou de calme dans le corps. L’utilisation est très simple car tout ce que nous avons à faire est d’installer deux électrodes à velcro au bout de deux doigts du client. Dans le cas d’un détecteur de mensonge, lorsqu’un individu ment, son corps vit généralement un léger stress, souvent même inconscient, qui peut être détecté par l’instrument. Mais comment est-ce qu’un instrument biofeedback peut être utilisé en hypnose?

L’hypnose et l’électricité électrodermale

De toute évidence, on ne l’utilise pas comme détecteur de mensonge, mais plutôt comme instrument de rétroaction sur l’état intérieur d’un individu. Voici quelques façons intéressantes d’utiliser ce type d’instrument biofeedback en hypnose, qui sont d’ailleurs très appréciées des clients car le GSR capte les réactions conscientes et inconscientes de l’individu:

  1.  Mesurer l’efficacité de techniques visant l’élimination de peurs ou de phobies

Étant donné que l’instrument est capable de mesurer l’excitation (émotions) ou l’état de calme dans le corps du client, et que la peur est une émotion très intense, il est très facile de détecter lorsque le client se trouve dans un état de calme ou de stress.  Par exemple, si une cliente vient me voir avec une phobie des araignées, et qu’en état d’hypnose je lui demande de fermer les yeux et de s’imaginer en présence d’une araignée, l’instrument va inévitablement démontrer une augmentation rapide et très accentuée de la courbe. De ce fait, une façon intéressante pour vérifier l’efficacité de l’intervention, est de demander au client à la fin de la session, d’imaginer être en présence d’une araignée, et on remarquera une forte diminution, voir même peut-être une absence d’élévation de la courbe. C’est donc une façon très scientifique, convaincante et encourageante pour les clients, d’avoir le support de l’activité électrodermale lors de l’hypnose.

2. Lors de sessions pour le « Peak Performance » (performance optimale)

En hypnose développementale, on peut également effectuer ce qu’on appelle couramment le Peak Performance. L’hypnose est utilisée pour amené l’individu à performer au meilleur de ses capacités dans une situation où il est généralement appelé à vivre un haut niveau de stress. Il est bien connu qu’un stress non géré restreint nos capacités et affecte notre performance. C’est la raison pour laquelle l’hypnose pour le Peak Performance est fortement appréciée par les athlètes qui font de la compétition, les musiciens qui doivent performer aux auditions, les hommes d’affaires qui doivent négocier ou donner des présentations publiques, les étudiants en situation d’examen ou de présentation de groupe, etc. En ce sens, le GSR peut être utilisé de façon similaire aux phobies, pour mesurer la diminution du niveau de stress lors de l’activité.

3. Améliorer la connection avec l’expérience intérieure du client

Lorsqu’un client vit une émotion intense, il est assez facile d’observer des changements au niveau du visage, de la couleur de la peau, de la respiration, mais parfois ce n’est pas toujours si apparent. C’est d’ailleurs ce que j’ai remarqué en utilisant cet instrument, certaines personnes sont plus expressives que d’autres. Et l’avantage de cet instrument réside dans le fait que lorsqu’un individu vit quelque chose intérieurement , lors d’une session d’hypnothérapie spirituelle, par exemple, je peux le voir à l’écran et lui demander: « Qu’est-ce qui se passe maintenant? ».  Les clients sont souvent étonnés de mon intervention qui colle à la seconde près avec ce qu’ils vivent, et qui permet une meilleure connection avec leur expérience.

4. Permet de mesurer si le client est effectivement relaxe durant l’induction

La relaxation n’est pas nécessaire pour effectuer de l’hypnose thérapeutique, mais il semble que lorsqu’on effectue de l’hypnose spirituelle, Dr. Michael Newton, Gerald Kein et d’autres sommités dans le domaine, ont remarqué qu’une profonde relaxation physique et mentale aide grandement à faciliter l’expérience. En ce sens, le GSR s’avère très utile car je peux clairement observer dans la phase d’induction, si les suggestions de relaxation physique et mentale sont intégrées ou non.

Voilà donc 4 utilités principales où le GSR s’avère être utile en hypnose. Nous avons aussi commencé à remarquer un phénomène énergétique particulier qui semble parfois se produire lors de sessions d’hypnose spirituelle, mais il est trop tôt pour en parler. Nous sommes toutefois très excités par cela, et je vous tiendrai au courant de nos découvertes à ce niveau!

Tout ceci pour dire que le GSR sera de plus en plus intégré à ma pratique d’hypnose en 2012! Les clients adorent cela car ils peuvent voir après ou durant la session (dépendamment du type de session), un portrait de leur état intérieur, et pour le thérapeute c’est un outil qui s’avère être très utile dans le contexte approprié.

Au plaisir de peut-être avoir le privilège de vous « brancher » en 2012! 🙂

Cordialement,                                                                                                                        Jean-Charles

(Si vous aimez ce billet, SVP cliquez  )  Merci!                                                      ↓↓↓↓↓↓↓↓  Merci également à ceux et celles qui partagez, j’apprécie!

Facebook Comments

Jean-Charles

Président de l'Institut international d'hypnose spirituelle ainsi que de Hypnodio.com, Jean-Charles consacre sa vie au développement psychospirituel de l'humain par l'entremise d'états amplifiés de conscience. Il offre de la formation au Québec et en Europe. Il effectue aussi des rencontres individuelles en personne ainsi que par Skype.

2 commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Très intéressant !
    Je pense de plus en plus à utiliser aussi le GSR dans mes séances d’hypnose. Je crois que c’est très utilisé par certaines techniques de guérison de traumatismes comme le TIR ou le WHH.
    Peut-on s’en procurer au niveau ‘grand public’ (sans demander à un neuropsychologue) ?

  • Bonjour Gaëtan,

    Je ne sais pas ce qui en est des règlements en France, mais ici et aux USA le grand public n’y a pas accès, où du moins pour des appareil de qualité médicale. Il faudrait que tu te fasses ami avec un neuropsy, un psychologue ou un médecin pour qu’il l’achète pour toi.

    Sans doute qu’il y a également des instruments qu’on peut s’acheter sur le net qui peuvent être intéressants. Je te conseille toutefois d’établir un contact avec un professionnel qui pratique le bio/neurofeedback pour te guider, car certains systèmes, comme le système de Thought Technology, doivent être programmés. Et si Dr. Paquette n’avait pas été là, je n’aurais pas été en mesure de l’opéré.

    Si tu as d’autres questions ou si je peux t’aider de quelque façon que ce soit, n’hésite pas à me demander. J’aimerais créer éventuellement une communauté d’hypnologues qui utilisent le GSR pour qu’on s’entraide dans notre recherche.

    Bonne année 2012 à toi Gaëtan!