Mes articles

Le pouvoir impressionnant de l’autohypnose et de l’imagerie mentale

Nous avons presque tous entendu parler du fameux « pouvoir du subconscient », de l’autohypnose et de l’imagerie mentale, mais dans les faits, que nous est-il réellement possible d’accomplir? Qu’est-ce qui relève du possible, et qu’est-ce qui relève de l’impossible?

Ce billet de blogue a pour objectif de repousser nos limites et de remettre en question certaines de nos croyances quant à ce qui est « impossible ». Je vais partager ce que certaines recherches récentes, pour le moins impressionnantes, démontrent du pouvoir de l’autohypnose et de l’imagerie mentale dans un objectif de performance et de développement d’habiletés.

 Autohypnose, visualisation et imagerie mentale – Quelles sont les différences?

Commençons par distinguer ces termes qui sont souvent utilisés de façon interchangeable selon différents auteurs. J’utilise personnellement les termes « visualisation » et « imagerie mentale » comme synonymes, tout en étant conscient que certains y feront une distinction. Je les définis globalement comme l’acte d’imaginer divers scénarios avec le plus de sous-modalités possible (sensations, émotions, images, sons, odeurs, goût, toucher) dans le but d’atteindre un objectif thérapeutique ou développemental. L’autohypnose, quant à elle, peut inclure l’imagerie mentale comme technique, mais englobe également d’autres processus de communication avec le subconscient qui n’impliquent pas nécessairement l’imagerie mentale, comme les affirmations positives ou certaines suggestions ou instructions que l’on donne au subconscient.

L’imagerie mentale utilisée en combinaison avec un état hypnotique serait d’ailleurs plus efficace grâce à une caractéristique de l’état hypnotique qui est la réceptivité et l’implication accrue du subconscient dans le processus. Il n’en reste pas moins que le pouvoir de l’imagerie mentale, comme vous allez bientôt le constater, est tout à fait… hallucinant!

S’entraîner… dans notre tête!

L’exemple qui suit est une bonne démonstration du principe que le cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est imaginé et la réalité. C’est d’ailleurs ce qui fait que lorsqu’on va voir un film, on peut rire aux éclats en regardant quelque chose de drôle ou sursauter en criant dans un film d’horreur. Logiquement, nous ne faisons que regarder des images sur un écran avec du son, mais notre cerveau réagit en partie comme si c’était vrai, créant des émotions et relâchant des hormones dans notre corps. Mais qu’arrive-t-il quand on utilise l’autohypnose ou l’imagerie mentale pour développer ses capacités?

Guang Yue, un psychologue sportif de l’université du Cleveland Clinic Foundation en Ohio, a effectué une recherche en comparant un groupe A qui s’entraînait dans un gym en effectuant des flexions de leurs biceps, versus un groupe B qui s’entraînait seulement en imaginant effectuer l’action dans leur tête, le plus intensément possible, 5 jours par semaine, sans même bouger leur bras. Les chercheurs se sont assurés que les participants du groupe B ne tendaient pas leurs muscles lors de l’imagination ou n’effectuaient pas d’autres exercices de biceps. La recherche a rapporté une amélioration de 13.5% de masse musculaire et de force chez ceux qui faisaient seulement imaginer le mouvement à l’intérieur de leur esprit, comparé à 30% chez ceux qui allaient concrètement au gym. En 1997, le Dr. David Smith, du Chester College, a également obtenu des résultats similaires. Les participants qui allaient au gym développaient 30% d’amélioration dans la force, alors que ceux qui faisaient seulement imaginer performer l’action ont eu une amélioration de 16%.

Une autre recherche du Dr. Guang Yue et Kelly Cole avec les muscles des doigts a aussi rapporté les mêmes résultats. Chaque groupe devait exercer les muscles d’un doigt, du lundi au vendredi, pendant quatre semaines. Les membres du groupe A effectuaient 15 contractions maximales avec 20 secondes de repos entre chacune d’elle, tandis que le groupe B visualisait simplement le même exercice, imaginant également une voix qui leur disait: « Plus fort! Encore plus fort! » À la fin de cette recherche, ceux qui exerçaient physiquement les contractions ont démontré une amélioration de 30% , pour 22% d’amélioration cette fois chez les « visualisateurs ».

Incroyable, n’est-ce pas?

Mais pourquoi est-ce que cela fonctionne?

Aussi incroyable que cela puisse nous sembler, du point de vue des neurosciences, c’est tout simplement ainsi que fonctionne l’être humain. Par exemple, lorsque nous fermons les yeux et que nous visualisons un objet, comme la lettre « a », l’aire du cortex visuel primaire s’allume comme si nous étions réellement en train de voir la lettre « a ». Des recherches avec l’utilisation du EMG (électromyographe), notamment lors d’une recherche sur des skieurs professionnels qui étaient branchés alors qu’ils s’imaginaient en action, a également démontré que le simple fait de penser et de s’imaginer en train d’effectuer une action envoie un courant électrique partant des neurones moteurs vers les muscles en lien avec ces actions.

Il en est de même avec les recherches avec le EEG (électroencéphalographe), qui démontrent que l’activité électrique produite par le cerveau est identique selon que nous pensions à faire quelque chose, ou que nous l’exécutions vraiment.

Autres recherches impressionnantes

  • En musique: Une recherche du Dr. Pascual-Leon mesurait les améliorations d’un groupe qui apprenait une séquence au piano seulement en l’imaginant, alors qu’un autre groupe la jouait physiquement sur le piano. Après 4 jours, les deux groupes démontraient un niveau très similaire d’amélioration; c’est seulement à partir du 5e jour que s’est distingué le groupe qui pratiquait physiquement. Une séance de deux heures sur le piano a suffi au premier groupe, qui imaginait l’exercice, pour rejoindre le niveau d’amélioration du second groupe.
  • Dans les sports: Au basketball, une recherche du Dr. Blaslotto, de l’Université de Chicago, démontre un niveau d’amélioration de 23% après 30 jours d’un groupe qui visualise avoir un parfait lancer au panier, comparé à 24% avec un autre qui pratiquait physiquement les lancers au panier. Seulement en imaginant lancer un ballon parfaitement dans un panier, sans le toucher, a créé le même niveau d’amélioration.
  • Dans la guérison: Il y a évidemment beaucoup d’autres recherches au plan médical sur la guérison de maladies, notamment la méthode de guérison du cancer du Dr. Simonton. Ce dernier faisait visualiser à ses patients des pacman qui mangent les cellules cancéreuses. Il y a aussi de la recherche sur la gestion de la douleur et le support à la guérison postopératoire. Cet aspect sera traité dans un billet de blogue ultérieur.

La morale de l’histoire? Si vous êtes vraiment sérieux dans votre désir d’améliorer vos habiletés, il y a deux aspects à considérer dans votre entraînement: l’action physique ET l’autohypnose ou l’imagerie mentale. C’est cette combinaison qui offre le maximum de résultats.

Le joyau de l’auto-hypnose et de l’imagerie mentale

Et c’est là que réside le secret qui fait de l’autohypnose et de l’imagerie mentale des outils beaucoup plus puissants que la majorité des gens ne le croient. Nous pouvons améliorer notre performance, nos habiletés, dans n’importe quelle situation en visualisant fréquemment le but à atteindre, à l’intérieur de nous et avec le plus de sens possibles (sons, images, émotions, sensations, posture du corps, respiration, odeurs, mouvements, etc.).

L’analogie que nous pouvons utiliser est celle d’un champ qui, à mesure que nous marchons aux mêmes endroits, crée des chemins. Et plus on passe souvent aux mêmes endroits, plus les chemins s’élargissent et deviennent faciles d’accès. Étant donné que le cerveau utilise le même système neuronal lorsqu’on imagine quelque chose ou lorsqu’on exécute l’action dans la réalité, plus on visualise quelque chose avec clarté dans notre esprit, plus cela crée des chemins neuronaux clairs dans notre cerveau, ce qui facilite l’atteinte de cet objectif.

On peut prendre l’exemple de quelqu’un qui désire améliorer sa confiance en soi lorsqu’il parle en public. Il aura ainsi intérêt à s’imaginer devant un groupe, se sentant calme, en possession de ses moyens, parlant avec confiance, imaginant sa posture droite et détendue, sa respiration calme, visualisant que tous les mots viennent en lui spontanément. Il pourra également imaginer comment il se sent à l’intérieur, et même imaginer après la présentation les gens qui applaudissent, la sensation de fierté, etc. Bref, il est important d’imaginer avec le plus de détails et de sous-modalités possible (sons, images, émotions, postures, respirations, etc.) de façon à créer l’expérience très clairement à l’intérieur de lui. En pratiquant cela assidûment, il aura de plus en plus de facilité à atteindre cet objectif. Ce n’est donc pas quelque chose qui fonctionne avec certaines personnes et pas avec d’autres, c’est scientifiquement démontré.

Différence entre auto-hypnose et hypnose dans cette optique

Je crois utile d’effectuer une petite parenthèse pour ceux et celles qui me demandent parfois: « Est-ce que c’est aussi efficace de développer ses capacités à l’aide de l’autohypnose, qu’en hétérohypnose avec l’aide d’un praticien? ». À cela, je répondrais que l’avantage d’avoir un praticien, outre ses compétences pour vous aider à optimiser le processus et vous guider dans l’expérience, est que celui-ci possède aussi certains outils qui permettent, entre autres, de communiquer directement avec votre inconscient. Il y a donc d’autres techniques qui peuvent s’intégrer dans le processus, pour neutraliser certains des blocages ou croyances, par exemple, qui pourraient parfois nuire à l’atteinte de certains objectifs. Un praticien vous aidera également à effectuer un suivi mesurable de vos progrès, ce qui stimule généralement la motivation à atteindre cet objectif, tout en vous procurant un support émotionnel adéquat.

Utilisation de mp3 d’autohypnose génériques et personnalisés

L’avantage évident des mp3 d’autohypnose est qu’ils permettent de simplement relaxer et de se laisser guider. Nous n’avons pas besoin de penser à la structure de notre autohypnose, ou de nous préoccuper du temps, ou de penser à quoi que ce soit d’autre. Ce peut donc être un compromis très efficace lorsqu’on n’a pas accès à un hypnologue compétent.

Certains types de mp3 d’hypnose génériques peuvent également être très efficaces pour les objectifs dont les critères sont communs à une majorité de gens. Ceux qui désirent toutefois optimiser leur auto-hypnose en l’adaptant à leur propre situation peuvent demander à leur hypnologue de leur créer un mp3 personnalisé. C’est-à-dire que dans ce cas, nous créons un mp3 qui est fait sur mesure selon vos propres objectifs précis, votre situation et vos bénéfices désirés.

Voici une liste non exhaustive de situations où l’autohypnose, ainsi que l’hypnose, sont pertinentes:

  • La performance scolaire : Améliorer sa capacité de rétention d’information, diminuer le stress lors d’examens, donner des présentations de groupe en toute confiance
  • La performance en milieu de travail : Que ce soit lors de négociations, de présentations de groupe, de vente, ou toute autre situation de performance en entreprise
  • La performance musicale : Gérer le stress des auditions, exceller lors de performances publiques, augmenter le niveau de confiance en soi
  • La performance sportive: Augmenter ses capacités à performer de façon optimale dans des situations de compétition
  • Support à la guérison: Pour aider à stimuler efficacement les capacités d’autoguérison du corps de façon complémentaire à la médecine conventionnelle
  • Gestion de la douleur: Aider à gérer, diminuer, et parfois éradiquer complètement la douleur.
  • Confiance et estime de soi: Aider à s’affirmer, à être capable de dire non, à ne pas se laisser affecter par le jugement des autres, etc.
  • Mauvaises habitudes et compulsions: Cesser de fumer, de se ronger les ongles, perdre du poids, etc.
  • Phobies, peurs, stress et anxiété: Tout ce qui a un lien avec la peur et le stress peut être amélioré avec l’auto-hypnose et l’hypnose
  • Problèmes relationnels: Tout ce qui est relié au développement d’habiletés relationnelles et communicationnelles.
  • Habiletés de rêves et rêves lucides: Il est aussi possible de travailler le rêve avec l’auto-hypnose. Développer sa capacité à se rappeler ses rêves et développer le rêve lucide, c’est-à-dire la capacité à devenir conscient dans ses rêves. J’écrirai d’ailleurs un futur billet de blogue à ce sujet.

Voilà ainsi une liste non exhaustive, mais qui vous donne une idée des différentes façons d’utiliser l’autohypnose (ou l’hypnose) et l’imagerie mentale. En fonction des cas, certaines problématiques seront plus faciles à améliorer ou à résoudre à l’aide de l’hétérohypnose ou de mp3 d’hypnose personnalisés, mais je vous invite tout de même à en parler soit avec moi, soit avec tout autre praticien d’hypnose compétent de votre région pour vous conseiller dans votre démarche.

Dans le prochain billet de blogue, je décrirai en détail comment structurer efficacement vos sessions d’autohypnose pour un maximum de résultats, et je vous partagerai comment l’autohypnose, entre autres, m’a personnellement permis de retrouver la santé à la suite d’une maladie que la science conventionnelle disait incurable. Je vous invite donc à vous inscrire (dans la case en haut à droite) pour recevoir mes nouvelles publications!

Cordialement vôtre,

Jean-Charles

(Si vous aimez ce billet, SVP cliquez  )  Merci!                                                      ↓↓↓↓↓↓↓  Merci à ceux et celles qui partagez sur Facebook ou autres, j’apprécie!

Jean-Charles

Président de l'Institut international d'hypnose spirituelle ainsi que de Hypnodio.com, Jean-Charles consacre sa vie au développement psychospirituel de l'humain par l'entremise d'états amplifiés de conscience. Il offre de la formation au Québec et en Europe. Il effectue aussi des rencontres individuelles en personne ainsi que par Skype.

10 commentaires

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Est-ce qu’il existe un consensus en ce qui concerne le rythme de séances d’auto hypnose (1 fois par jour exemple), la durée d’une séance type (genre 20 min/séance) et, enfin la durée d’un processus complet sur un enjeu précis ?

  • Salut Marie-Claude,

    Il n’y a pas de consensus global, mais la majorité des auteurs suggèrent effectivement un 15-20 minutes par jour. Je dirais que cela dépend de la problématique. Dans le cas de guérison du corps, Dr. Simonton recommandait si je ne me trompe un minimum de 1 heure par jour, parfois même 2 fois par jours. Je faisais personnellement 1 heure par jour quand j’étais mal en point, combiné avec de la méditation et du qigong.

    Aussi, l’efficacité dépend de la capacité à visualiser de la personne. Une personne qui a de la facilité à s’immerger avec concentration dans son expérience intérieure avec plusieurs sous-modalités (images, sons, émotions, sensations, etc) aura plus de bénéfices en 20 minutes qu’une personne qui en fera 40 mais qui ne peut demeurer concentrée sur l’expérience avec une faible capacité de visualiser. Toutefois, le simple fait de pratiquer la visualisation, fait en sorte de développer ces habiletés. C’est quelque chose qui s’apprend. C’est pourquoi j’ai créé un mp3 sur la pratique de la visualisation qui sera disponible bientôt sur notre nouveau site.

    Mais pour répondre à ta question, il n’y a pas de consensus sur le sujet, car il existe également différentes façons d’effectuer de l’autohypnose, mais 15-20 minutes est une bonne pratique quotidienne. Je combine parfois avec une méditation en premier, et termine avec une visualisation, profitant de l’état d’intériorité créé par la méditation.

  • Il est clair que la pratique fait Il est clair que la pratique fait progresser quelqu’un dans n’importe quel domaine. Vous expliquez, les expériences menées d’un groupe A et d’un groupe B… Un entraînement physique et un entraînement par visualisation. Je voudrais savoir s’il est possible d’atteindre des niveaux supérieurs à l’entraînement physique intensif. En appliquant les deux méthodes à la fois. Pratiquer régulièrement l’aspect physique, tout en visualisant dans nos temps libres de façon régulière également. Cela peut-il nous rendre nettement plus performant ou bien provoquer un surmenage mental et physique?

    • Bonjour Alain,

      Merci de votre commentaire, ainsi que de votre patience!

      Je crois effectivement que la combinaison des deux est supérieure à l’entraînement physique intensif à lui seul. Je me rappelle également que certaines études disaient qu’il ne pouvait pas y avoir de surmenage au niveau mental, ce qui peut être le cas au niveau physique. En tout les cas, si vous pratiquez une discipline en particulier et que vous utilisez un entraînement qui combine le physique et le mental, donnez nous des nouvelles de vos progrès. Cela m’intéresse! Et si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas!

      Cordialement,
      Jean-Charles

      • Merci beaucoup Jean-Charles pour votre réponse.

        Vous savez, cela n’était mon intention.
        Mais j’aimerais tenter l’expérience durant quelques mois,
        si ce n’est que pour vous aider dans vos recherches.
        Je me propose comme cobaye pour vous donner des réponses.
        Je vous ferai savoir quand je commencerai le processus sur votre boîte de messagerie et je vous donnerai des comptes rendu sur l’évolution des résultats.

      • Si j’ai bien compris ce qui est écrit plus haut, la visualisation mentale augmentera la performance physique, ce qui permettra d’éviter le surmenage physique tout en offrant les résultats espérés.
        Aussi, la visualisation, pour moi, est une forme de méditation qui, elle, apporte détente et repos de l’intellect.

  • Salut Jean-Charles!

    Suite à notre rencontre et suite à la lecture de ce billet, je suis à la recherche du billet que tu mentionnes ici et dans lequel tu partages ton expérience de la maladie que la science conventionnelle prétendait incurable. Avec le lipodème, c’est mon cas aussi et je souhaite faire de l’auto-hypnose à cet effet-là!

    Merci!

    Sylvie 🙂

  • Bonjour M. Jean-Charles,
    J’aimerais savoir comment développer mon cerveau en ce qui concerne l’imagerie mentale. Est-ce qu’il existe un CD ou un livre qui pourrait m’aider?

    Merci bonne journée,
    Salutations

  • je t’aime Jean-Charles tu as sauvé mon fucking TPE
    Coeur sur toi
    Cordialement
    Merci
    Sincères salutations
    Tchiao biloute ♥